Rechercher
  • Hubert Kozieja

La Blockchain, pour la confiance dans l’art !

Mis à jour : juin 2


Tout le monde a déjà entendu parler de la Blockchain. Toutefois, il est difficile d’en saisir tous les enjeux.



La Blockchain, c’est quoi ?



La technologie Blockchain, littéralement « chaîne de blocs » est un système informatique de stockage et de transmission d’information sécurisé et sans organe de contrôle. C’est un registre crypté, confidentiel et immuable fonctionnant de pair à pair contenant l’historique des mouvements réalisés entre ses utilisateurs depuis sa création.


Notre société se digitalise. L’art n’y fait pas exception. Les prouesses technologiques sont susceptibles de maintenir, voire de rétablir, le lien de confiance entre les acheteurs et les vendeurs.




Comment appliquer cette technologie au marché de l’art ?



La provenance d’une œuvre d’art est un paramètre crucial dans les transactions. Synonyme de confiance, une provenance établie rassure le collectionneur et protège l’image du vendeur. Le marché de l’art, fragilisé depuis longtemps par les contrefaçons, doit répondre aux questions de nombreux collectionneurs sur l’origine des œuvres.


La technologie Blockchain offre une solution fiable, capable de réinventer les rapports de confiance. L’historique d’une peinture, d’une sculpture, d’un dessin ou d’une aquarelle peut-être crypté de façon immuable. Le système conserve les données en les sécurisant, évitant ainsi les agissements malveillants. Le certificat d’authenticité de l'œuvre pourra y être inscrit. Contenant tous les éléments pertinents sur l’objet d’art, tels que les propriétaires successifs, les lieux d’expositions ou de conservation, cette présence digitale est inviolable et irréversible.


La Blockchain ne se résume plus à la monnaie numérique. Ses applications, diverses et variées, dessinent le monde de demain.

Aujourd’hui, des start-ups spécialisées développent des logiciels capables d’enregistrer des œuvres, de les suivre, de retracer leur historique et de les authentifier. Certaines proposent de rendre publiques les œuvres, quand d’autres ciblent exclusivement une partie du marché de l’art.


La Blockchain offre la chance de développer un outil complet au service de l’art. Soucieux de la confidentialité d’un secteur où l’anonymat est privilégié, disponible sur premier et second marché, un logiciel basé sur la blockchain, tel que celui proposé par la start-up Eunomart, facilite la traçabilité des œuvres d’art en recensant et sécurisant une quantité importante de données.




Eunomart, la blockchain au service de l’art


Accompagner les professionnels de l’art dans leur transition numérique, faciliter leurs démarches légales, leur faire gagner un temps précieux, Eunomart l’a fait.


La start-up française rend possible la traçabilité des œuvres d’art.




Comment ?


Avec la Blockchain, technologie dont l’essor n’a d'égal que les bénéfices.


Dans un contexte de plus en plus digitalisé et réglementé, le marché de l’art doit s’adapter à de nouvelles contraintes.




Pourquoi ont-ils fait le choix de la Blockchain ?


  • Pour la sécurité


Les données ancrées dans la base de données sont infalsifiables et verrouillées de façon permanente.


  • Pour la confidentialité


Seul un accord du professionnel concerné permet le partage des informations à d’autres utilisateurs.

Eunomart est un outil professionnel conçu pour les besoins du métier.


  • Pour la traçabilité


Les informations inscrites concernent l’historique de l'œuvre et les actions de transfert.




Eunomart participe au rayonnement du premier marché et défend le développement pérenne du second marché.


Choisissez Eunomart, partenaire de confiance des acteurs du marché de l’art.





31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout